shopping-bag 0
Items : 0
Subtotal : $0.00
View Cart Check Out

PSG Club Montreal Blog Post

PSG Club Montréal

Vu du Das Bier : La vie en rose

La troisième journée de Ligue 1 a permis de mettre tout le monde d’accord : Neymar est tout simplement magique ! Pour sa première au Parc, le nouveau prince a régalé son peuple avec une performance de très haut niveau. Partout dans le monde, les supporters du PSG ont été électrisés par la performance de leur équipe. Toulouse est la ville rose, mais ce dimanche, c’est à Paris que la vie se voyait en rose. Cela ne pouvait être différent au Das Bier.

L’avantage quand l’équipe du Das Bier est un peu en retard pour sa préparation, c’est que l’on peu plus facilement accueillir les nouveaux supporters. De nombreux nouveaux visages faisaient leur première au Das. Ayant découvert l’événement sur les réseaux sociaux, ils étaient heureux de savoir qu’ici à Montréal, les supporters parisiens sont présents pour tous les matchs. Hormis peut-être cette famille de touristes venue voir le match avant de prendre l’avion.

Très vite, les discussions se sont orientées vers les performances du brésilien avant d’aborder ce qui semble être la faiblesse actuelle de l’équipe : son milieu de terrain. Pour Francine, une touriste de passage, il n’y a pas de doute « le club devrait se concentrer sur Fabinho au lieu de M’Bappé ». Elle n’est d’ailleurs pas la seule à le penser. Beaucoup estime que le brésilien serait un choix plus judicieux que le prodige français. « Il n’a fait que 6 mois, 180 millions c’est abusé » renchérit Marc son compagnon.

Un début de match stressant…

Le bar est enfin prêt et tout le monde était satisfait de voir l’hommage à « Blaisou ». Matuidi faisait ses adieux et tous les supporters n’ont pas manqués de rendre hommage à l’international tricolore. « Même si il n’était pas le meilleur techniquement, on regrettera sa combativité » affirme Julien. En tout, une soixantaine de supporters étaient présents en début de match.

Le début de match a été plutôt stressant. S’il devient de plus en plus acquis que les matchs du PSG vont tous ressembler à un attaque-défense, la rencontre face à Toulouse ne fera pas exception. A vrai dire, la rencontre a même laissé présager le pire : un contre magnifiquement mené sur la gauche et le TFC prenait l’avantage. Une ouverture du score qui a provoqué la colère de Didier : « C’est quoi ce placement défensif. Sérieusement. Kurzawa se fait balader, personne n’est placé. Bien joué les toulousains ». Un fair-play qui contrastera avec sa joie lors de l’égalisation de Neymar. Une joie qui se généralisera à l’ensemble du pub lors du but de Rabiot quelques minutes plus tard. La crainte du hold-up s’est donc éloignée à la pause.

… pour un final en fanfare

La deuxième période va alors crescendo. Si en début de seconde mi-temps les craintes et frustrations occupaient encore les esprits, le festival de la fin de match allait tout simplement déclencher une hystérie collective. Après le penalty de Cavani, l’ambiance au Das Bier est montée d’un cran et ne redescendra plus.

Chants, cris, applaudissements, c’est tout simplement une vraie ambiance de supporters européens qui a enflammé le bar de la rue Papineau.

Un festival de buts, dont certains somptueux, ont fini par totalement rassurer les supporters. Le bijou de Neymar en fin de match a tout simplement rendu fou tout le monde. Le brésilien n’a pas inauguré sa première au Parc-des-Princes, il l’a tout simplement béni ! Avec ce geste, l’auriverde a presque fait relativiser ceux qui critiquaient son transfert. « C’est sûr que si il nous en met un comme ça chaque week-end, dans 6 mois, son transfert est remboursé » s’amuse Nicolas.

C’est dans une ambiance de fête que le match se termine sur le score de 6-2. Au Das Bier, les supporters sont déchaînés et chantent encore après le match. Une vraie ambiance de fête commence et finalement, chacun va s’en reprendre une dernière avant de partir. « Faut bien fêter ça ! » s’enthousiasme Guillaume en commandant une nouvelle pinte, « et je sens que cette année on va beaucoup fêter ! ». Bref, il fallait être parisien pour voir la vie en rose.

Leave a Reply