shopping-bag 0
Items : 0
Subtotal : $0.00
View Cart Check Out

PSG Club Montreal Blog Post

PSG Club Montréal

Vu du Das Bier : Une faim de Lyon

Premier choc de l’année en Ligue 1 pour le PSG. A l’occasion de la 6ème journée, c’est l’OL de Jean-Mimi qui était convoqué au Parc-des-Princes pour rendre des comptes. Le président lyonnais était particulièrement attendu après ses prises de positions estivales pour soutenir le Barça dans sa croisade anti-PSG tout en réclamant des sous à Nasser. Des choix qui l’ont isolé au sein des présidents français et fait de son OL l’équipe à punir cette saison.

L’avantage des matchs le dimanche après-midi, c’est que même les nouveaux pères de famille peuvent faire une parenthèse de 3h pour venir au Das Bier. Les supporters montréalais sont venus nombreux pour assister au premier choc en championnat.

Mégaphone, tambour, banderoles, soleil, tous les ingrédients étaient réunis pour que l’avenue Papineau prenne un air de la porte d’Auteuil en ce dimanche de septembre. Et dans cette chaude ambiance, pour tout le monde l’objectif est clair : dégoûté Jean-Michel Aulas.

Avant la rencontre, c’est donc tous les scénarios les plus amères qui sont imaginés par les supporters parisiens. « Le pire serait de gagner 1-0  sur un penalty litigieux pour bien le faire c….. » souhaite Nicolas F. Une idée qui ne plaît pas à Benoît « Surtout pas ! Après il va encore chialer sur les réseaux sociaux et crier au scandale partout. Non, il faut un bon 4 ou 5-0 histoire de l’humilier». Bref, chacun y va de son idée pour ulcérer le président lyonnais.

Le match débute et les lyonnais se montrent dangereux sur leurs premières possessions de balles. La partie commence fort et chaque équipe se projette vers l’avant. De quoi enflammer l’ambiance du Das Bier. Les chants se succèdent et les cris s’enchaînent au rythme des attaques parisiennes. Mais rien n’y fait, aucun ballon ne franchit la ligne. La raison : Anthony Lopes. Le portier lyonnais a été l’homme du match pour son équipe. De quoi faire monter les inquiétudes des supporters à la mi-temps. Tout le monde comprend que ce ne seras pas la correction espérée.

Mi-temps. Beaucoup sortent prendre le soleil et analyser cette première période. Et c’est la frustration qui domine. « Ça me stresse » s’inquiète Jonathan, « faudrait pas qu’on fasse match nul contre eux » poursuit-il. Plus loin, dans ce groupe de néo-montréalais, c’est la même angoisse. « C’est pas bon, on les ratent toutes » s’indigne Félix, « je pense qu’il faut oublier l’humiliation et juste se concentrer sur la victoire maintenant » conclut Nicolas. Certains comme Jérôme garde malgré tout son optimisme : « on peut quand même réussir à leur planter 3-4 buts dans le dernier quart d’heure ». Pour simplifier, après un début de saison sur un lit de caviar, la terrine lyonnaise est difficile à avaler.

C’est avec une certaine tension que la seconde période reprend. Et que fait un supporter parisien quand il est tendu ? Il chante ! C’est ainsi que les chants reprennent de plus bel en cette seconde période.

Puis cette scène un peu irréaliste où Dani Alvès vient prendre le ballon des mains de Cavani pour le donner à Neymar jette un froid au Das Bier. « Ça pue un peu ça ! » peut-on entendre. L’inquiétude d’une guerre des égos au sein du vestiaire parisien commence à hanter tous les esprits. Le match reprend et finalement, avec l’aide des défenseurs lyonnais, Paris arrive enfin à tromper Anthony Lopès. C’est le soulagement chez les supporters. Un csc, c’est pas beau, surtout quand on s’appelle Jean-Michel Aulas. De quoi réchauffer les cœurs parisiens.

A 1-0, Paris obtient un pénalty ce qui provoque un montée de joie. Malheureusement, la scène entre Cavani et Neymar se reproduit, choquant à nouveau l’audience. Et Cavani qui rate le penalty derrière. « Aie » conclut Romain. Là tout le monde réalise que la lune de miel est sûrement terminé et que le revers de la médaille d’un recrutement « galactique » se fait jour.

Ce passage terminé, les parisiens marquent finalement un second but par… Jérémie Morel. Double csc. De quoi faire pâlir Jean-Mimi. Peut-être le pire scénario imaginable pour un lyonnais. Surtout que l’OL est à crédité d’un bon match et Anthony Lopès est probablement le meilleur sur le terrain.

Le match se termine finalement sur le score 2-0. Le victoire avec un scénario amer s’est donc réalisé. Pourtant, cette amertume semble partagé par certains supporters parisiens. Par la performance déjà qui n’est pas exceptionnelle, mais surtout par le malaise créer par la relation entre Neymar et Cavani. « J’espère que ça na va pas avoir trop d’influence sur le reste de la saison » s’inquiète Olivier. Une crainte que tous partage à quelques jours de la rencontre face au Bayern Munich. Tous les supporters souhaitaient dégoûter Jean-Michel Aulas et chacun repart avec un peu d’amertume. Dans le fond, c’est peut-être ça le karma.

 

Par Gaëtan Dumuids

Leave a Reply